Guatemala : Travel Guide

guatemala-travel-guide

Après avoir eu mon diplôme, j’ai décidé de voyager, une dernière fois.

Le Guatemala n’était initialement pas dans mes plans.

Finalement, le programme de volontariat par lequel je suis passée m’en a parlé et je me suis envolée vers ce pays qui restera dans mon coeur à jamais.

Je devais y rester un mois, pour prendre des cours d’Espagnol. J’y suis finalement restée deux mois.

Dans l’avion, je découvre ces paysages montagneux et volcaniques si peu familiers.

guatemala-tourisme guatemala-tourisme

Antigua, une ville coloniale


J’arrive à Antigua, une ville coloniale et colorée, pavée en tous lieux. Elle est entourée par 3 volcans encore en activité (d’où les tremblements de terre réguliers) : Santiaguito, Pacaya, et Fuego.

guatemala-tourismeguatemala-tourismeguatemala-tourismeguatemala-tourismeguatemala-tourisme

Au fil du temps, je découvre la ville et me permets des petits plaisir car le coût de la vie est très faible. En fait, je cherche à m’occuper tout en côtoyant les locaux.

Du coup, je me suis mise à la Salsa avec Juan Carlos, un professeur d’Espagnol :

3 fois par semaines, je m’imprègne un peu plus de cette culture exotique où la musique et la danse sont innés chez les Guatémaltèques.

Quelques semaines plus tard, j’ai trouvé un endroit où faire du Yoga : un endroit très occidentalisé, mais où le silence et l’environnement permettaient de se relaxer comme il se doit. C’est un véritable havre de paix.

Cet endroit est en réalité un hôtel de luxe : le Meson Panza Verde. Il se trouve un peu à l’écart du centre ville, en s’éloignant par les rues pavées. Une salle y est dédiée pour le Yoga, entourée d’arbre et de bâtiments en pierre.

guatemala-tourisme guatemala-tourisme guatemala-tourisme

Restaurants


Cette ville m’apaise, et j’aime m’y promener, apprendre à la découvrir au fil des jours. La gastronomie me plait beaucoup, elle est surtout à base de légumes, alors je vais souvent tester de nouveaux restaurants :

  • Mon préféré : Saberico, un restaurant dont la façade ne laisse absolument pas présager un grand jardin caché derrière un magasin, puis une cour.
guatemala-tourisme
Jus d’Orange / Carotte
guatemala-tourisme
Smoothie Fraise / Mangue
guatemala-tourisme
Smoothie Ananas / Céleri

guatemala-tourisme

guatemala-tourisme
Petit-Déjeuner
guatemala-tourisme
Soupe Bi-colore Broccoli / Carotte

Parfois j’avais un petit coup de blues, alors je me rendais à la crêperie Française d’Antigua : Luna de Miel. Elle a été ouverte par un Français du Sud et ses crêpes et salades sont vraiment délicieuses. Un soir, je suis également allée chez Tartines, un restaurant gastronomique Français, où j’ai diné sur une petite terrasse au calme.

guatemala-tourismeguatemala-tourisme

Un endroit que j’ai également adoré est le café Y Tu Pina Tambien, un endroit cosy et intime, où on n’a le choix qu’entre quelques plats du jour.

guatemala-tourisme
Soupe Carotte et Ananas

La religion


Dans ma famille d’accueil, j’ai découvert une culture où la famille tient une place majeure, tout comme la religion.

Par hasard, je me suis retrouvée à Antigua au moment du Carême. Et chaque année, la ville accueille plus d’un million de visiteurs à cette période : Dans les rues de la ville, on assiste à des processions durant tout le carême – soit 40 jours avant Pâques – chaque dimanche, puis chaque jour durant la semaine Sainte.  Avant cela, je n’avais jamais vu ce genre de chose : la population est vêtue de violet avec de grande toges à capuches pointues, pardonnez moi, mais quand on ne s’y attend pas, on pourrait se demander si c’est une cérémonie du Ku Klux Klan.

Cependant, l’atmosphère y est particulière, on y ressent une émotion très forte forte. Les Guatémaltèques, très croyants, veulent tous y participer, avec leurs enfants. Et pour cela, ils doivent payer leur place pour porter les sculptures, à tour de rôle pendant 10 minutes chacun. Un rituel bien organisé : Les femmes portent le char de la vierge Marie, un pas en avant, puis deux en arrière. Les musiciens de l’orchestre ferment la marche, ils défilent toute la journée et reviennent le soir avec de grosses cloques sur les mains – Je vivais dans ma famille d’accueil avec l’un des percussioniste de l’orchestre. Dans les rues et dans les églises, on dessine au sol – dessins appelé « Alfombras » – avec un genre de poudre, des fruits, des légumes, des fleurs, un peu comme une offrande, puis le cortège passe dessus pour l’effacer.

guatemala-tourisme guatemala-tourismeguatemala-tourisme guatemala-tourisme guatemala-tourisme

guatemala-tourisme

Le Lac Atitlan, entre eau et feu


C’est le plus grand lac du Guatemala, et certains disent l’un des plus beau du monde. Lui aussi est entouré de 3 volcans.

guatemala-tourisme guatemala-tourisme guatemala-tourisme

Plusieurs petites villes se trouvent autour du lac, on peut y faire escale facilement. En bord de lac, se trouvent de grosses et belles maisons à peine visibles. En se baladant dans les rues, une toute autre vision, on pourrait se croire à Woodstock : des bobos, des hippies, pas tous dans la fleur de l’âge. Ils jouent au carte par terre, vendent des bibelots qu’ils ont fabriqué, ou alors ils tiennent des restaurants vegan à la déco bohème et naturelle : Hamac, tables hautes et transats au milieu d’une terrasse fleurie. J’y ai découvert une tout autre vision du Guatemala, un genre de retraite spirituelle relaxante et enivrante à la fois.

Guatemala City, une ville engorgée


Je suis restée une nuit à Guatemala City, avant de reprendre un avion. C’est une ville engorgée : Trop de voitures, trop de pollution, trop d’immeubles, et trop d’insécurité :

Je n’aime pas parler d’insécurité dans ces pays car les gens font trop souvent des généralités. Il se passe des choses qui pourraient très bien se passer en France, et en visitant ce type de pays, je vous invite à ne pas l’oublier. La seule chose à faire est de ne pas se faire remarquer, et d’être prudents. Comme partout. Je suis blonde et blanche de peau et pourtant, il ne m’est rien arrivé : ni au Guatemala, ni au Pérou, ni en Bolivie, ni en Colombie. Rien.  Alors méfiez vous des « on dit ».

Dans le cas de Guatemala City, si j’en parle, c’est parce que les locaux eux-mêmes m’ont mise en garde. Là-bas, les vitres des voitures sont teintées pour éviter les agressions. Mais c’est le cas à Guatemala City, pas à Antigua, qui est une toute petite ville, beaucoup plus touristique.

Comme vous pouvez le constater, les paysages n’ont rien à voir.

guatemala-tourisme

Là-bas, j’ai passé la nuit dans un hôtel : le Gran Tikal Futura. Si vous avez la folie des grandeurs, je pense que c’est l’endroit idéal.

guatemala-tourismeguatemala-tourismeguatemala-tourisme guatemala-tourisme

J’ai beaucoup voyagé pour mon âge, j’ai toujours eu une attirance pour les pays en développement et soit disant « à risque ».

Je suis partie seule au Guatemala, et y ai découvert une culture profonde, une population attachante, et des paysages hors du commun. C’est l’un des pays que j’ai préféré. 

Le coût de la vie y est très faible, alors si vous voulez faire un voyage qui sort de l’ordinaire sans qu’il vous coûte les yeux de la tête, si vous voulez fuir les touristes Français, je vous invite à aller au Guatemala.

À vous faire votre propre idée.

Bisous,

Good-morning-Lola

FOLLOW ME ON
FacebookTwitterInstagram – HellocotonBloglovin

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.