Sucre, Bolivie

sucre-bolivie

Après avoir passé deux mois au Guatemala, un mois et demi au Pérou et être passée par Copacabana en Bolivie, me voilà à Sucre.

C’est la capitale de la Bolivie et y abrite le siège de la cour Suprême. La ville se trouve à 2700 m d’altitude – Un peu plus bas qu’à Cusco au Pérou où je me trouvais précédemment. Mais toujours trop haut à mon goût #LeMatéDeCocaEstMonAmi.

La Bolivie se trouve relativement proche de l’équateur, donc les températures sont toujours plus ou moins les mêmes. Au niveau du temps, on a la saison sèche de Mars à Octobre – J’y étais donc à cette période, tant mieux pour ma pomme – et la saison des pluies d’Octobre à Mars.

sucre-bolivie

l’hôtel Parador Santa Maria La Real

J’y suis restée 5 jours à mon arrivée à Sucre. C’est un hôtel du centre ville, où le personnel a été aux petits soins : ils connaissaient tous mon nom au bout de 2 jours, m’apportaient un carré de chocolat dans ma chambre tous les soirs, s’assuraient toujours de mon bien-être. Je les ai adorés !

Les chambres sont décorées façon « Versailles » comme ils l’indiquent eux-même. Elles se trouvent autour d’une cour intérieure un peu dans un esprit colonial. Au dernier étage, la salle de sport, le jaccuzzi et les salles de massage. Mais également une terrasse qui surplombe la ville : J’ai adoré y regarder les couchers de soleil.

sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria-real
L’intérieur de l’hôtel
sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria
Le jaccuzzi
sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria
La salle de sport
sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria
Le lit de princesse
sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria
Vue du toit
Petit déjeuner buffet
Petit déjeuner buffet

PS:  Je me permettais d’aller dans des hôtels de ce genre car leur coût était raisonnable et je n’aurais jamais pu me le permettre en France.

Coup de gueule

Ce coup de gueule est également valable pour mon séjour au Guatemala.

Je suis restée à Sucre pendant un mois et demi. Je devais passer un mois dans une famille d’accueil et travailler dans un orphelinat. Cependant, l’organisme WEP – un organisme Belge – par lequel je suis passée pour organiser mon séjour, travaille avec des écoles d’Amérique du sud qui sont en réalité de vraies attrape-touristes. La Bolivie était mon stop final, j’avais déjà passé 4 mois en Amérique du Sud et connaissais donc bien le coût de la vie. Ici, on me facturait le même prix qu’au Pérou, pour un coût de vie nettement inférieur.

J’avais vraiment envie de travailler dans cet orphelinat, car mon expérience au Pérou avait été extraordinaire. Mais je savais pertinemment que l’argent que je leur donnerai ne servirait pas à aider ces enfants ou la famille d’accueil dans laquelle je vivrais. Beaucoup d’organismes en Amérique du Sud profitent des moyens des occidentaux pour fixer des prix qui nous paraissent faibles. Pourtant, compte tenu des coûts réels du pays hôte, ces prix sont une arnaque !

J’ai appris énormément de choses sur ces organismes (de volontariat, de cours de langues, peu importe) qui m’ont tout simplement donné envie de vomir. Ils profitent des familles d’accueil en les payant une misère pour accueillir les étudiants alors qu’ils ont à peine les moyens de s’acheter à manger ou même de payer l’électricité. Ils profitent également des professeurs en prélevant des commissions de plus de 50% pour à peu près tout (Cours de Salsa, de langue, voyages scolaires). Sachant tout cela, je faisais en sorte de passer en direct avec certains : Je suis un genre de Robin des Bois des temps modernes.  *sarcasmes*

Là-bas, les pauvres sont à la merci des riches, et la corruption fait partie du quotidien. Ça a été très révoltant pour moi, mais je ne peux malheureusement rien y changer. J’ai juste appris à gérer le système à ma façon.

Des choses plus gaies

sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria sucre-bolivie-hotel-parador-santa-maria

Puisqu’il fallait que je m’occupe pendant un mois, j’avais décidé de prendre des cours de Portugais TODO BEEEEEM. Ainsi, que des cours de Yoga 2 fois par semaines.

Tout ceci à l’Institut Culturel Boliviano-Aleman. Il se trouve en plein centre ville, donc pas de risque quand on rentre après les cours du soir vers 21h. ça a été l’occasion pour moi de rencontrer des locaux, et de regarder les matchs de la Copa America avec eux !

Premier test en Portugais : 87%. Next stop : Brésil ?

sucre-bolivie

Sucre est une ville magnifique. Les gens que j’ai eu l’occasion de rencontrer à l’auberge de jeunesse ou à mes cours de yoga et de portugais étaient tout simplement adorables, ouverts et souriants.

Plaza 25 de mayo

Je vivais tout près de cette place, autour de laquelle se trouvent de nombreux restaurants. J’aimais beaucoup me poser sur un banc pour profiter du soleil, écouter de la musique. Cette place est un point de rencontre entre toutes sortes de gens : Des enfants et leurs parents, des touristes, des gens comme moi, etc.

sucre-bolivie-plaza-25-mayo sucre-bolivie-plaza-25-mayosucre-bolivie-plaza-25-mayo

Parque Simon Bolivar

Ce parc, j’en ai fait le tour, en courant, en marchant. J’avais décidé avant mon retour de me remettre à courir, et c’est là bas que je me suis dirigée. Les grandes allées étaient parfaites, je pouvais à la fois courir et faire du yoga. On y trouve des points d’eau, des monuments, ainsi que de nombreux arbres. C’était particulièrement agréable car en plein jour, la chaleur se faisait particulièrement ressentir.

sucre-bolivie-parque-simon-bolivar sucre-bolivie-parque-simon-bolivarsucre-bolivie-parque-simon-bolivar sucre-bolivie-parque-simon-bolivar sucre-bolivie-parque-simon-bolivar

Cette expérience a été unique, du début à la fin.

si un jour, vous avez l’occasion de voyager seule, de faire du volontariat et surtout de rencontrer des locaux, n’hésitez pas une seule seconde !!!

Good-morning-Lola

FOLLOW ME ON
FacebookTwitterInstagramSnapchatHellocotonBloglovin

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.